CONCARNEAU: Course du Figaro Trio collé-serré

Ce mercredi 14 juin à 01h 42mn 45s, Adrien Hardy a franchi en tête la ligne d’arrivée de la deuxième étape de la 48ème édition de La Solitaire URGO Le Figaro. Le skipper de Agir Recouvrement a mis 3 jours 09 heures 33 minutes et 46 secondes pour boucler le parcours entre Gijón (Espagne) et Concarneau (Cornouaille) via la Chaussée de Sein, soit 420 milles. Mais le delta vis à vis du deuxième Erwan Tabarly (Armor Lux) n’est que de 54 secondes ! Quand le troisième Nicolas Lunven (Generali), talonnait ce duo de seulement 49 secondes…

Le final entre Belle-Île et Concarneau a été de toute beauté : les solitaires au louvoyage dans un vent mal établi ont comblé leurs écarts et la flotte s’est compressée par derrière au point que les arrivées vont défiler toute la nuit avec des deltas dérisoires alors que les quarante-trois skippers ont passé trois jours et trois nuits et demie en mer ! Et c’est sur les derniers milles que les trois premiers se sont départagés de seulement quelques secondes…

images Solitaire Urgo/Sea Events – Sailing BRETAGNE Télé – 14 Juin 2017

 

 

 

Une remontée remarquable

Adrien Hardy réalise un parcours superbe en jouant en permanence avec les bascules de vent, prenant l’ascendant dès le départ, s’enferrant malheureusement lors de la première nuit dans une molle, puis reprenant le fil du match en se recentrant. Le skipper de Agir Recouvrement n’a fait que revenir sur le pack de tête, effectuant lors de l’atterrissage sur l’Occidentale de Sein un superbe coup tactique en longeant le Raz de Sein et les roches de l’île pour se protéger d’un courant de marée tellement défavorable qu’il coûta le leadership à Sébastien Simon à seulement quelques encablures de la bouée de parcours.

C’est lors de la descente vers Belle-Île et pour la remontée vers Groix puis Concarneau, que le skipper a réussi à grignoter mètre par mètre le delta qu’il possédait sur le trio leader. Et en entrant dans la baie de Concarneau, Adrien Hardy se décalait légèrement alors que la brise s’affaissait pour coiffer sur le poteau le duo qui bataillait depuis Groix aux avant-postes. Cette victoire sur cette deuxième étape, la quatrième en neuf participations, confirme qu’il reste le plus dangereux adversaire de Nicolas Lunven qui l’avait devancé de seulement 13’23 à Gijón…

 

images Solitaire Urgo/Sea Events – Sailing BRETAGNE Télé – 14 Juin 2017

 

 

images Solitaire Urgo/Sea Events – Sailing BRETAGNE Télé – 14 Juin 2017

 

 

images Solitaire Urgo/Sea Events – Sailing BRETAGNE Télé – 14 Juin 2017

 

 

images Solitaire Urgo/Sea Events – Sailing BRETAGNE Télé – 14 Juin 2017

 

 

images Solitaire Urgo/Sea Events – Sailing BRETAGNE Télé – 15 Juin 2017

 

 

 

Un leadership conforté

Avec cette troisième place sur la 48ème édition de La Solitaire URGO Le Figaro, Nicolas Lunven frappe fort et maintient son leadership en ne perdant que une minute et 35 secondes sur Adrien Hardy, même si les écarts vis à vis de ses concurrents les plus incisifs ne s’annoncent pas très conséquents. Le skipper de Generali n’était pourtant pas à la fête après le départ de Gijón lorsque le vent s’était écroulé à quelques dizaines de milles de la ligne de départ dès la première nuit. Mais le Vannetais a tout de suite puisé dans ses ressources pour recoller à la tête de la flotte emmenée par Sébastien Simon.

La traversée du golfe de Gascogne n’était pourtant pas une sinécure avec une longue houle de travers et un vent contraire et instable. En position de chasseur à la dixième place lors de cette remontée vers la pointe bretonne, Nicolas Lunven profitait de la molle au large de l’Occidentale de Sein pour revenir au contact rapproché, mais c’est lors du tour de Belle-Île qu’il pouvait fondre sur le trio de tête, puis grappiller encore quelques places pour finalement se glisser juste derrière Erwan Tabarly sur la ligne d’arrivée !

Un duel jusqu’au bout

Car Erwan Tabarly était relégué dans les profondeurs du classement lorsqu’il prenait le départ de la deuxième étape devant Gijón, après une première manche ratée suite à la déchirure de sa grand-voile au large du plateau de Rochebonne et son abandon à La Rochelle pour réparer. Or le match débutait fort mal lorsque le Breton choisissait la droite du plan d’eau, l’Est, lors de la première nuit alors que le vent partait en vrille. Mais le skipper réagissait rapidement pour se recadrer au centre lorsque le vent reprenait un peu de vigueur pour recoller aux basques du leader d’alors, Sébastien Simon.

Le solitaire réussissait à se maintenir dans le pack de tête jusqu’à Penmarc’h, puis profitait d’une grosse molle au passage de l’Occidentale de Sein pour prendre le commandement. Et malgré les attaques de ses poursuivants, Erwan Tabarly restait toujours en tête ou sur le podium provisoire pour reprendre la main lors du passage à l’intérieur de Groix à quelques dizaines de milles de l’arrivée. Dans cette brise de Nord-Est très modérée, le skipper arrivait à contenir ses deux plus agressifs dauphins, mais Adrien Hardy réussissait à se glisser tout juste devant son étrave avant la ligne d’arrivée : seulement 54 secondes d’écart !

 

 

SALING VOILE Bretagne Télé - La web TV de la voile en Bretagne