Voile: Actual Tour du monde à l’envers

Yves Le Blevec entame en solitaire sur son Trimaran Actual le Tour du monde « à l’envers », c’est-à-dire contre les vents et les courants dominants. Il est parti  à 15h 37min 22s ce samedi, par une vingtaine de nœuds de vent, sous un grain, Yves le Blevec s’est élancé sur son grand défi : le tour du monde à l’envers, en solitaire, en Ultim, une première !

Un départ et un retour depuis La-Trinité-sur-mer dans le Morbihan, jadis surnommée la Mecque des Multicoques. Ce record, baptisé « Global Challenge » est détenu depuis 2004 par Jean-Luc Van den Heede. Yvves Le Blevec part en solitaire et sans escale, à l’envers, c’est-à-dire d’est en ouest, en réalisant au minimum 21 600 milles. La majorité du parcours se dispute contre les vents dominants : descente de l’Atlantique, passage du Cap Horn, de l’Australie, du Cap de Bonne Espérance au sud de l’Afrique, et remontée de l’Atlantique. Le tour du monde à l’envers sans escale c’est l’épreuve la plus difficile en solitaire.

 

images rédaction TV Quiberon 24/7 – 4 Novembre 2017

 

« Le mieux qui puisse m’arriver c’est d’être la dans trois mois pour vous raconter ce qui s’est passé. Je vais bien prendre soin moi et prendre du plaisir » , souriait Yves le Blevec juste avant de quitter le ponton de la Trinité-sur-mer.

« J’ai dormi, correctement, je sais que je ne suis pas près de retrouver un sommeil aussi confortable… J’ai pu tranquillement prendre un café ce matin au bar tabac…  Parce que je sais que je peux me reposer entièrement sur les membres de l’équipe Actual. C’est très confortable de travailler avec eux. Je suis extrêmement bien soutenu.

Le bateau a été vraiment bien préparé, nous avons essayé de tout imaginer, tout en sachant très bien que c’est impossible. J’ai du matériel de rechange pour tout et de quoi réparer, mais un Ultim est une machine très puissante, il y a par exemple 12 tonnes de tension rien que dans l’écoute de grand-voile… »

 

images ©Team Actual – 4 Novembre 2017

 

 

 

Départ – Équateur : 3100 milles 8 à 9j (difficultés : instabilité forte du pot au Noir)

Équateur – Rio : 1700 milles 4 à 6j (difficultés : prés rapide, mer dure)

Rio – Cap Horn : 2400 milles 6 à 9j (difficultés : instabilité, approche zone des glaces)

Cap Horn – Alizés pacifiques : 3500 milles 8 à 12j (difficultés : Passage Cap Horn, instabilité des alizés)

Alizés pacifiques – Détroit de Torres : 4500 milles 14 à 16j (difficultés nombreuses iles et atolls, instabilité)

Détroit de Torres – Madagascar : 5000 milles 14 à 18j (difficultés : instabilité des Alizés)

Madagascar – Cap de Bonne Espérance : 2000 milles 6 à 10j (difficultés : courant des aiguilles, vagues scélérates)

Cap de Bonne Espérance – Équateur : 3500 milles 7 à 10j (difficultés : vents variables)

Équateur – Arrivée : 3500 milles 8 à 12j (difficultés : grosses dépressions Atlantique Nord)

 

 

 

images ©Team Actual – Novembre 2017

 

 

Seuls 5 skippers ont bonclé ce parours, tous en monocoque

1971 : Chay Blyth – 292 jours

1994 : Mike Golding – 161 jours

2000 : Philippe Monnet – 151 jours

2004 : VDH – 122 jours (à la 4ème tentative, échecs en 1999 / 2001 / 2002)

2006 : Dee Caffari – 178 jours

 

 

images ©Team Actual – Novembre 2017

 

 

 

 

Auray Bretagne Télé